Henrike Grohs, cette collègue passionnée de l'Afrique

La Fondation Music In Africa et ses partenaires sont endeuillés par la disparition de Mme Henrike Grohs, dont on se souviendra comme une « partisane de la liberté d'expression artistique, une amoureuse du continent africain, une travailleuse acharnée et une amie chère ».

Henrike Grohs avec le Président de la Fondation Music In Africa Ribio Nzeza Bunketi Buse à la 3e AG au Cameroun en 2015.
Henrike Grohs avec le Président de la Fondation Music In Africa Ribio Nzeza Bunketi Buse à la 3e AG au Cameroun en 2015.

Mme Grohs figure parmi les victimes de l'attaque survenue à Grand-Bassam en Côte d'Ivoire, durant laquelle des terroristes ont ouvert le feu dans une station balnéaire tuant au moins 16 personnes, le dimanche 13 mars 2016.

Mme Grohs occupe une place très importante dans l'histoire de la Fondation Music In Africa. Lorsqu’elle travaillait au Goethe-Institut d’Afrique du Sud en tant que chef du département culture et développement, elle a joué un rôle crucial dans la mise en place du projet Music In Africa en 2011. Son travail consistait également à réunir les partenaires et les professionnels locaux et internationaux de la musique à travers le continent pour réfléchir sur la réalisation du projet.

Entre 2011 et 2013, elle a travaillé activement sur le projet dans la phase déterminante de la mise en place de Music In Africa comme organisme à but non lucratif à part entière, et sur le lancement du site internet Music In Africa, en plus d’autres actions importantes. En 2013, elle est nommée à la Direction du Goethe-Institut à Abidjan et malgré l’immense tâche que cela constituait, elle a continué à participer activement aux travaux de la Fondation en tant que membre du conseil d’administration, responsable des partenariats internationaux et de la collecte de fonds.

En octobre 2015, Henrike a démissionné pour se concentrer sur ses responsabilités à Abidjan, mais elle est restée un partenaire essentiel de l'organisation. Toujours soucieuse de mettre en contact les gens des arts partout sur le continent, son intention cette année était d'accueillir l’assemblée générale de Music In Africa pour la première fois en Côte-d'Ivoire.

A la veille de sa disparition, elle avait développé de nombreux projets culturels en Côte d'Ivoire en collaboration avec de multiple partenaires. Son travail avec le Goethe-Institut a commencé en 2009, quand elle a rejoint l'organisation à Johannesburg. Avant cela, elle avait été chef de projet pour le programme éducatif de l'Orchestre philharmonique de Berlin depuis 2002. Elle était âgée de 51 ans.

Le Président de la Fondation Music In Africa Dr. Ribio Nzeza Bunketi Buse se souvient quand il a commencé à travailler avec Henrike : « J’étais toujours impressionné par la façon dont elle pouvait travailler aussi efficacement sur plusieurs projets en même temps. J'ai travaillé très étroitement avec elle en 2013, en RDC, lorsque nous avons organisé la première rencontre des partenaires de Music In Africa dans notre bureau régional d’Afrique Centrale ».

M. André Le Roux, Directeur Général de la Fondation SAMRO qui a travaillé au sein du conseil d’administration de Music In Africa aux côtés de Mme Grohs se souvient aussi de son rôle dans la mise en place du projet : « Elle était là dès le début. Elle était incertaine quant à la façon de procéder dans la musique, comme ce n’était pas son domaine de prédilection, mais elle était concentrée sur le point de la discussion selon lequel, le projet devrait bénéficier aux artistes africains et à la scène musicale africaine. Henrike n’était pas du genre à se laisser faire, elle était franche avec un amour profond des nombreuses cultures qui enrichissent notre continent africain ... D'un côté elle était très sérieuse dans son travail et d'un autre, chaleureuse, joueuse, aimable et souriante - et quelle bonne danseuse ! C’était un peu intimidant également de savoir qu'elle avait fait de la boxe – Elle pouvait donc vraiment se battre et pas juste par amour de la discipline ».

M. Jens Cording, Chef de Projets Senior à Siemens Stiftung, qui a travaillé en étroite collaboration avec Ms.Grohs dans la mise en place d’un partenariat solide entre Siemens Stiftung et le Goethe-Institut orienté vers Music In Africa, dit : « J'ai réalisé dès le début du projet que Henrike serait une porte et un cœur qui m’ouvriraient à l’Afrique. Sa compréhension des préoccupations des personnes, son enthousiasme et son amour pour l'Afrique m'ont contaminé dès le début. Son dévouement courageux était dédié à une Afrique du dialogue, de la tolérance et l’envie d’une vie meilleure pour son peuple. C’est donc particulièrement douloureux qu'elle ait été la victime des forces qui poursuivent le but opposé ».

La trésorière de la Fondation Music In Africa Mme Belisa Rodrigues a ajouté : « Henrike était ferme dans ses convictions et engagée corps et âme pour la construction du projet Music In Africa afin d'en faire aujourd'hui une réalité ».

Selon le Directeur de la Fondation Music In Africa, M. Eddie Hatitye : « Ce n’est pas seulement une perte énorme pour sa famille, mais aussi celle d’une personne qui a travaillé très dur pour faire aujourd'hui de Music In Africa une réalité ».

Johannes Ebert, Secrétaire Général du Goethe-Institut, a déclaré : « Nous sommes bouleversés qu’ Henrike Grohs soit morte de façon aussi tragique et violente. Elle aimait son travail et était pleine d'énergie et d’idées qu’elle souhaitait concrétiser avec ses partenaires. Nos pensées accompagnent sa famille et ses collègues à Abidjan ».

Une cérémonie commémorative aura lieu cette semaine, le vendredi 18 Mars à 14 heures au Goethe-Institut de Johannesburg, en Afrique du Sud. Un livre de condoléances sera disponible et ouvert au public pour laisser des messages à partir de ce mardi à 12h00 à la réception du Goethe-Institut.

Comments

comments powered by Disqus