La politique culturelle au Swaziland

Le petit peuple du Swaziland est considéré comme le dernier monarque absolu en Afrique avec une population d'environ un million de personnes. Ce texte donne un aperçu de sa politique culturelle, en présentant les principales lois et institutions régissant le secteur de la musique.

Le Roi Mswati III. Photo : buzzsouthafrica.com
Le Roi Mswati III. Photo : buzzsouthafrica.com

Le Swaziland est un pays riche de ses cultures traditionnelles qui font partie intégrante de l'identité culturelle du peuple swazi. Les fêtes traditionnelles Incwala et Umhlanga rassemblent des milliers de Swazis autour d’un spectacle impressionnant avec chants et danses.

Pendant le régime de l'apartheid en Afrique du Sud, des artistes, militants et intellectuels cherchent refuge au Swaziland. De nombreux grands musiciens résident au Swaziland avant de s’envoler vers d'autres pays africains et ailleurs. Certains musiciens swazis suivent, considérant que si l'on veut obtenir une reconnaissance internationale, on a besoin de quitter le pays.

Une nouvelle vague de jeunes artistes s’impose sur la scène internationale tout en restant au Swaziland et en contribuant à la reconstitution d'une culture locale qui valorise et favorise les arts. Des artistes s’engagent pour offrir aux artistes une plate-forme locale. Cependant, le contenu sud-africain est mieux valorisé que le contenu local et demande plus que ce que produisent les artistes locaux.

Institutions financières

Il est clairement nécessaire d’établir une politique pour encourager et faciliter la production et la consommation de l'art local. Beaucoup considèrent que c’est la responsabilité du conseil des arts et de la culture du Swaziland, qui relève du Ministère des Sports, de la Culture et de la jeunesse. Créé en 2008, le conseil vise à promouvoir, préserver et coordonner toutes les questions relatives aux arts et à la culture au Swaziland, ce qui signifie en outre l'engagement du gouvernement envers le développement et la promotion des arts et de la culture.

Certainsdes membres du conseil font partie de la Swaziland Arts and Music Association (SWAMA) et de l’Association of Christian Artists of Swaziland (ACASWA), qui représentent les artistes et défend leurs intérêts. Ces associations sont gérées de façon indépendante et peuvent être enregistrées auprès du Conseil avec les documents nécessaires.

La loi

Le Parlement a adopté sa politique relative aux arts et la culture en 2010 visant à créer un environnement qui facilite la préservation, le développement, la promotion et la viabilité du patrimoine culturel,  accessible à toute personne. Cette loi mentionne expressément les interventions clés, bien que peu de réflexion semble avoir été donnée quant à la mise en œuvre.

En l'absence d'un plan d'action détaillé et de l’attribution des responsabilités, beaucoup estiment que le conseil n'a pas réussi à tenir ses promesses et entrave les activités de l'industrie ou témoigne peu de soutien envers le projet de loi sur le droit d'auteur et droits voisins de 2014 qui n’a pas encore été adopté. Cette loi permettra à l'artiste de percevoir des redevances des stations de radio et télévision locales et internationales, procurant un revenu bien nécessaire aux artistes locaux, de renforcer la lutte contre le piratage de la musique, de protéger la propriété intellectuelle des artistes et l'application de sanctions en cas de piratage et de distribution illégale de musique.

En attendant, la SWAMA a pris l'initiative de collecter les redevances au nom des titulaires de droits sur le plan international via des partenariats avec des associations comme la SouthernAfrican Music Rights Organisation (SAMRO) , qui perçoit et distribue les redevances aux artistes locaux membres de l'association.

Le projet de loi sur la radiodiffusion au Swaziland a également été soumis au Parlement. Cette loi permettra à un certain nombre de radios indépendantes d'obtenir des licences de radiodiffusion et d'être reconnus en tant qu’entités médiatiques, tout en promouvant la diffusion de contenu local. La radio communautaire Lubombo Community Radio et des ONGs ont lancé une campagne de plaidoyers pour faire pression sur le Parlement pour l’adoption du projet de loi. 

Pour ce qui est de l’avenir, une nouvelle loi portant sur le patrimoine culturel a été proposée. Le projet de loi se fonde cependant sur une loi ancienne du Zimbabwe datant de 2014. Ainsi, tous les organisateurs événementiels et salles de spectacle devront être enregistrés auprès du conseil et payer un droit d'inscription annuel pour un permis d’opération. Un artiste international devra verser 5 % des recettes de billetterie de son spectacle.

Les promoteurs devront également soumettre les dates, lieux et contenu d'un festival trois mois avant l'événement. Une clause indique que le conseil peut choisir d'annuler le certificat mentionné ci-dessus à tout moment, ce qui soulève la question de liberté d'expression. Nombreux sont ceux qui estiment cette situation inquiétante et injuste, en raison de la double imposition, la liberté d’expression et les sanctions sévères prévues en cas de non-respect.

Ce projet de loi, parmi d’autres projets de loi en cours d'examen, a relancé le débat autour des arts. La société civile s’engage davantage  afin de déterminer la voie à suivre pour créer un environnement culturel sain pour tous.


Lecture complémentaire :

  • Zwane, T. "'Copy and Paste' Arts Bill Infringes Artists Rights" Sunday Observer, 5 October 2014. <http://www.pressreader.com/swaziland/sunday-observer/20141005/281590943805792/TextView>
  • Dlamini, T. "No Big Deal Over Copied Bill - SNCAC". Swazi Observer, 14 October 2014. <http://www.pressreader.com/swaziland/swazi-observer/20141014/281767037473589/TextView>
  • Simelane, Z.M. 2016. ‘Copyrights, royalties and music piracy in Swaziland’. Music In Africa. <http://musicinafrica.net/copyrights-royalties-and-music-piracy-swaziland?section-context=overview-texts>Zwane, T. "'Copier-coller' Arts Loi viole les droits des artistes" Sunday Observer, 5 octobre 2014.  <http://www.pressreader.com/swaziland/sunday-observer/20141005/281590943805792/TextView >

Comments

comments powered by Disqus