L'industrie du disque au Rwanda

Par Moses Asiimwe

Ce texte donne un aperçu de l'industrie du disque au Rwanda, et se concentre en particulier sur les studios d'enregistrement, les labels et les producteurs du pays.

Les étudiants parlent au directeur de l'école Jean Claude Nkulikiyimfura. Photo: www.m.deser
Les étudiants parlent au directeur de l'école Jean Claude Nkulikiyimfura. Photo: www.m.deser

Avant les années 70, la musique au Rwanda était jouée sur des tambours et autres instruments traditionnels. Ce n'était pas possible d'enregistrer les chansons car il n'y avait pas d'équipement pour le faire. Cependant, avec le temps, les gens ont commencé à émigrer lentement des zones rurales vers Kigali, qui avait alors été confirmée comme capitale du Rwanda. Des groupes de danse comme le Ballet national  Urukerereza[i] ont commencé à émerger.

Effet du génocide de 1994

Comme tant d'autres secteurs de l'économie, l'industrie de la musique a été mise en lambeaux par le génocide de 1994. En effet, de nombreux musiciens rwandais,  y compris les plus éminents, ont été massacrés pendant le génocide. Le génocide a laissé le pays en ruine. Tout devait reprendre à partir de zéro, non seulement dans la vie de tous les jours, mais aussi dans l'industrie musicale. Comme il n'y avait pas de studios d'enregistrement, ni de labels ou de producteurs après le génocide, la plupart des gens ne pouvaient se permettre que d'écouter la radio ou d'acheter des disques venant de l'Ouganda, de la RDC ou d'autres pays. L'espace musical au Rwanda était par conséquent dominé par les musiques ougandaise et congolaise. Très peu d'artistes pouvaient enregistrer de la musique dans le pays. La plupart des enregistrements musicaux de l'époque étaient faits à des fins d'archivage, et pas dans un but commercial. La musique était utilisée pour annoncer la paix et la réconciliation dans le pays. Certains enregistrements étaient destinés à la communication publique, et informait les survivants de faire attention aux grenades et aux bombes.

Le temps passant, les gens ont retrouvé l'espoir, et il a commencé à y avoir des communiqués commerciaux, en particulier sur les ondes de Radio Rwanda. C'est à ce moment que les enregistrements commerciaux ont commencé à reprendre dans le pays. Des labels et des producteurs ont alors commencé à  apparaître et il est devenu plus facile pour les musiciens d'enregistrer leurs chansons.

Les studios d'enregistrement

One Way Studio était le premier studio dans le pays  à faire des enregistrements de musique commerciale. Ce studio appartenait à Happy et à sa petite amie Sara, et a débuté sous le nom "S&H Sound Records". Après la séparation du couple, le nom du studio a été changé pour devenir One Way Studio. Ce studio a recruté la plupart des producteurs qui sont mentionnés ci-dessous et d'autres qui ne sont plus actifs. On peut citer par exemple Jay-P et Lick Lick. One Way Studio a produit des chansons telles que "Umunsi Ucyeye" par Diplomate et Lick Lick, "Umuhoza" par Puff-G, "Igipimo" par Meddy, "Za mu Bandi" par Riderman,"Black Angel" par UTP Soldiers et Jackson Daddoey, et "Ubona ko de nde uri" par Jackson Daddoey. One Way a été racheté par la suite par Cebz[ii].

Plus tard, d'autres studios ont été ouverts, marquant ainsi le début de l'industrie du disque au Rwanda telle que nous la connaissons aujourd'hui. Il y a maintenant plusieurs studios d'enregistrement dans le pays, et la plupart sont situés à Kigali. Unlimited Records est situé à Biryogo, Nyamirambo (Kigali). Le studio a produit des chansons telles que "Zoubedha" par Kamichi et The Ben, "Inkoramutima" par Meddy,"Kamere" par TNP, "Naratomboye" par King James, et d'autres encore. Killy-G est la personne de contact pour le studio.

Hope Street Studio est situé à Remera, Gasabo (Kigali) et la personne de contact est le producteur Jay-P. Le studio a produit des chansons comme "Gikomando" par Rafiki, "Nzakubona Ryari" par King James, "Haguruka" par Miss Jojo, "Rekana Nabo" par Elion Victory, "Sakwe Sakwe" par Kitoko et "Party" par Just Family[iii].

Bridge Studio appartient à Jacques Uwizeyimana (alias Jack Ross), et est situé à Nyamirambo (Kigali). Le studio a produit des chansons telles que "Akaramata" par Meddy, "Nsubiza" et "Kuki" par Emmy, "Adelphina" par Knowless, et bien d'autres[iv].

Celebrity Music Studio est situé à Gatsata (Kigali). Le propriétaire et gérant est le producteur Jimmy. Le studio a produit la plupart des chansons de Just Family et Mister One. Ibisumizi appartient à Gatsinzi Emery (alias Riderman) et est situé à Biryogo, Tarinyota. Le studio a produit, entre autres, "Umurashi" par RiderMan[v].

Narrow  Road Studio est situé à Gikondo, Kicukiro et a été créé par Ezra Kwizera, qui vit maintenant au Canada. Le studio a produit des chansons telles que "Urukingo" par Urban Boyz, "Harabura Iki" par King James et Princess Priscilla, "Ngwino Undebe" par Kamichi, "Mbabarira" par Princess Priscilla, et "Nzakwizirikaho" par Uncle Austin[vi].

Kina Music Studio est géré par le producteur Ishimwe Clément. Le studio est situé à Kabuguru II, et a produit des chansons telles que "Igire Hino" par Miss Jojo et Faycal, "Agatima" par Christopher, "Urare Aharyana" par Dream Boyz, et bien d'autres[vii].

Top 5 Sai appartient à Patrick Uwineza, et est situé à Muhoza, Musanze. Parmi les producteurs, il y a Jean-Luc et Junior de la RD Congo. Ce studio est l'un des rares au Rwanda à avoir son propre site Internet. Top 5 Sai a produit des chansons comme "Agaca" par Neg-G The General et "Igikara" par Dr Claude[viii].

Parmi les autres studios populaires, il y a Maurix Musique Studio[ix] à Huye et Kigali, et Contact FM Studio[x] situé à Niboye Kicukiro.

Labels musicaux

Bien que les studios d'enregistrement aient commencé à apparaître peu après le génocide, les labels ont mis plus longtemps à émerger. La plupart des labels ont vu le jour après l'an 2000. Le Rwanda possède maintenant des labels qui sont connus de la plupart des Rwandais vivant dans le pays et à l'étranger. Parmi les labels qui ont du succès, il y a Kina Music[xi] du producteur Clément; Ibisumizi[xii] situé à Tarinyota Biryogo et appartenant au rappeur Riderman; Super Level[xiii] de Urban Boyz; Bridge Records Musique Industry[xiv] situé à Rwimbogo et dirigé par Jack Ross; Rafiki Records[xv]; et All Stars Musique Crew[xvi] de Nizzo (Urban Boyz).

Outre les studios mentionnés ci-dessus, il y a d'autres labels qui possèdent leurs propres installations d'enregistrement. On peut citer par exemple: Touch Records[xvii] à Nyamirambo; New Road Productions[xviii]; Ray Music du producteur Ray situé à Kigali; Super Level[xix] de Urban Boyz situé à Kigali; Future Records du producteur David, également situé à Kigali; F2k avec Fred situé à Kigali; Alpacino Record[xx] de Dj Zizou; Cool Vibes[xxi] situé à Muhanga et appartenant à Maître Jado; The Future Production du producteur Bzb The Brain; Dream Records appartenant à Dream Boys[xxii] et situé à Remera; Infinity Records[xxiii] appartenant à Nsabimana Jean Pierre et situé à Nyamirambo; et Umoja Records à Nyamirambo, appartenant à United Street Promotion.

Producteurs

Une fois qu'il y a eu des studios et des labels au Rwanda, des producteurs ont commencé à se faire connaître. Peu de temps après le génocide, des producteurs tels que Lick Lick et Junior ont dominé l'industrie du disque pendant un certain temps. Cependant, avec l'évolution de l'industrie musicale rwandaise, plusieurs autres producteurs sont apparus, et certains d'entre eux sont devenus célèbres. La plupart des producteurs au Rwanda sont liés à des studios particuliers. Cependant, ils changent   fréquemment de studios et il n'est pas rare pour certains producteurs de travailler pour trois studios par an. Junior et Fazzo, par exemple, ont souvent changé de studios.

Parmi les meilleurs producteurs rwandais, il y a: MaRiVa de MaRiVa Studio; George Kabano[xxiv] de Solace Ministries; Nicolas Nic de Rafiki Records; Pastor P de Narrow Road Studio; Gilbert (The Benjamins) et Piano[xxv] de All Stars Music Crew; Dj Zizou[xxvi] de Alpacino Records; Clément[xxvii] de Kina Music; Prince[xxviii] avec le studio Solace de Solace Ministries; Lick Lick[xxix] de Lick Lick Production[xxx]; Baric (Bapfakurera Eric)[xxxi]; Ray de Ray Music; Jean-Luc de Top 5 Sai[xxxii]; Fazzo[xxxiii] et Trackslayer de Infinity Records; Aimable avec Muhanga de Cool Vibes; Bob[xxxiv] de Pro Records; Bzb The Brain de Future Production; T-Brown; Fayzo de Touch Records; Davydenko de F2K; DJ B, Dj K et Leser Beat de Umoja Records; et First Boy de Unlimited Studio. 

Il convient de noter que la plupart des studios, et donc la plupart des producteurs, se trouvent à Kigali, et spécifiquement à Nyamirambo. Seuls quelques-uns des studios du pays sont basés dans d'autres villes comme Musanze, Muhanga et Huye. Toute personne en quête de studio d'enregistrement, label ou producteur, devrait tenir compte de leur emplacement géographique et de la qualité sonore voulue. De nos jours, Nyamirambo est le centre de l'industrie du disque du Rwanda, et la majorité des  studios, labels et producteurs les plus importants s'y trouvent.


[i] Briggs, Jimmie (2004), "A Dance of Hope in Rwanda", Dance Magazine. Macfadden Publications, August 2004.
[xix] www.thesuperlevel.com/; +250 788 281 042
[xxii] +250788445666

Comments

comments powered by Disqus