Opportunités dans l’industrie musicale au Rwanda

Par Francis Bazatsinda 

Le Rwanda est un pays africain enclavé, affectueusement surnommé «le cœur de l'Afrique» ou «le pays des mille collines». Le Rwanda a une longue tradition de  musique populaire, mais en raison des troubles socio-militaires et des violences datant des années 60 jusqu'au milieu des années 90, beaucoup de rwandais ont émigré outre-mer, emportant avec eux la musique rwandaise dans des villes comme Bruxelles.

Artiste rwandais Knowless Butera. Photo: www.igihe.info
Artiste rwandais Knowless Butera. Photo: www.igihe.info

Après le génocide des Tutsi de 1994, la musique est progressivement revenue dans la nation et de nouvelles stars sont apparues. Par exemple, en 2003, Jean-Paul Samputu a remporté avec son groupe Ingeli deux Kora Awards récompensant leur musique traditionnelle rwandaise. Avec le temps, d'autres genres de musique contemporains ont émergé, en particulier les genres R'n'B, hip-hop et le gospel contemporain. L'industrie de la musique au Rwanda est en train de se développer peu à peu, et devient de plus en plus professionnelle.

Un nombre croissant d'entreprises investissent dans le développement de nouveaux talents par le biais de festivals, concours, ateliers et écoles de musique. Parallèlement, la musique traditionnelle rwandaise (gakondo) est en train de prendre son envol au Rwanda. Il y a de nombreuses opportunités pour les jeunes à la fois dans le gakondo et dans la musique contemporaine. Cet article explore quelques-unes des opportunités qui existent dans ces deux domaines musicaux.

Primus Guma Guma Super Star (PGGSS) 

Primus Guma Guma Super Star (PGGSS) est une compétition annuelle de télé-réalité musicale. PGGSS est sponsorisé par la brasserie rwandaise Bralirwa avec  leur produit phare, la bière Primus. L'association des promoteurs d'Afrique de l'est (East African Promoters, EAP) a créé cette compétition pour aider à développer l'industrie de la musique et du spectacle au Rwanda. La première saison a été diffusée en 2011, et a été remportée par Tom Close.

Primus Guma Guma Super Star oppose des musiciens rwandais connus qui s'affrontent pour une récompense monétaire et pour l'opportunité de faire avancer leurs carrières musicales. Par contre, les concurrents qui participent dans les compétitions Tusker Project Fame et American Idol, organisées par East Africa Breweries, sont des artistes relativement peu connus.  La somme d’argent gagnée a considérablement augmentée avec chaque saison de PGGSS, et l'intérêt porté à l'événement s'est accru d'année en année. La quatrième saison, qui a eu lieu en 2014, a été plus importante que les saisons précédentes. Elle a été remportée par Jay Polly, l'une des stars les plus célèbres du hip-hop rwandais. Les lauréats précédents étaient Tom Close (2011), King James (2012) et Riderman (2013)[i].

Salax Awards

Les Salax Awards sont des récompenses musicales organisées au Rwanda depuis 2009 par Ikirezi Group Ltd. L'objectif de ces cérémonies est de souligner l'excellence de tous les artistes rwandais, sans restriction ni réserve. Parmi les lauréats, il y a à la fois des artistes de renom et des artistes peu connus, choisis après l’évaluation de leurs performances durant l'année. Les Salax Awards s'inspirent de différentes récompenses internationales telles que les MTV Awards, les Grammy Awards, les BET Awards et les Oscars,  les organisateurs ayant constaté que le Rwanda possède des artistes talentueux dans des disciplines diverses.

Beaucoup de jeunes Rwandais ont bénéficié des Salax Awards. Les récompenses les ont rendu plus populaires dans leurs domaines respectifs et les ont aidés à se faire connaître de tous au Rwanda. Les prix sont décernés dans tous les genres musicaux, de la musique gospel à la musique profane. La sixième édition des Salax Awards a eu lieu le 28 Mars 2014, à Kigali. Des prix ont été décernés dans diverses catégories, y compris dans les catégories suivantes: Meilleur artiste masculin (Urban Boyz), Meilleure artiste féminine Knowless, Meilleure chanson de l'année («Ibitenge»), Meilleur album Uwo ndiwe par Knowless, Meilleur groupe Urban Boyz, Meilleur artiste gospel Gabby Kamanzi, Meilleur artiste hip-hop Riderman, Meilleur artiste R&B (Bruce Melodie), Meilleur artiste Afro-Beat (Senderi), Meilleur artiste traditionnel (Mani Martin), Meilleur nouvel artiste (Active), Meilleure vidéo («Ninkureka ukagenda») et Prix de la diaspora (Stromae)[ii].

Tusker Project Fame

Le Tusker Project Fame (TPF) est un concours de télé-réalité musicale organisé en Afrique de l’Est et sponsorisé par Tusker Lager. L’émission est semblable à American Idol et à Project Fame en Afrique du Sud. Les musiciens s’affrontent pour gagner une somme d’argent et un contrat d'un an avec la branche sud-africaine du label Universal Music Group. En 2009, le rwandais Alpha Rwirangira a remporté la troisième édition de la compétition.

Cette victoire a donné un coup de pouce à sa carrière musicale et lui a  permis de collaborer avec le tanzanien AY. Ensembles, ils ont enregistré des chansons à succès comme ‘Songa Mbele’. En 2010, Alpha Rwangira a sorti One Africa, son premier album, sur lequel figure ‘Come to Me’, un duo avec l’ougandaise Bebe Cool. Plus tard, il a remporté Tusker Project Fame All Stars. Depuis sa victoire, d'autres artistes  rwandais, tels que Patrick Nyamitali, Teta, Sharon et Jackson Kalimba, ont participé au concours, mais nul d’entre eux n'a été en mesure de remporter la victoire jusqu’à présent[iii].

Moriah Entertainment Group (MEG)

La société Moriah Entertainment Group LLC, créée en Novembre 2009, est basée à Kigali, au Rwanda. L’objectif de MEG est de devenir une compagnie produisant des divertissements chrétiens de tous genres, et dévouée à créer une nouvelle voie dans le monde du divertissement chrétien au Rwanda et dans toute l'Afrique. MEG organise différents ateliers, des émissions de télévision et des compétitions telles que les Groove Awards et les concours Alelluya. Bahati Alphonse, l’un des vainqueurs des Groove Awards, a été couronné Meilleur nouvel artiste et Meilleur artiste masculin de l'année en 2013 et en 2014 respectivement. Depuis lors, ses chansons ont du succès sur le marché local.

Le Groupe Gakondo

Le patrimoine musical du Rwanda est riche et remonte loin dans le temps. Cependant, la préservation de ces traditions représente un défi. Avec la mort de chaque ancien maître de inanga (un instrument à cordes indigène), comme celle de Sentore Athanase en 2012, toute une bibliothèque de connaissances musicales et de sagesse disparaît. Heureusement, une jeune génération de musiciens a répondu à l'appel pour sauver la musique de leurs ancêtres. Le groupe Gakondo, dirigé par le célèbre musicien traditionnel Massamba Intore, est le gardien le plus prolifique du patrimoine musical du Rwanda. Avec de jeunes musiciens comme Jules Sentore, Daniel Ngarukiye, Sofie Nzayisenga, Michel Ngabo, Emmanuel Habumuremyi, Lionel Mulinda, Abede, Didier et Tamfum, et Massamba, le groupe Gakondo gagne en popularité au Rwanda et à l’étranger.   

Le groupe Gakondo organise hebdomadairement un concert à l'Hôtel des Mille Collines à Kigali. Les jeunes musiciens qui s’intéressent à la musique Gakondo, comme par exemple Jules Sentore, Teta Diane et Daniel Ngarukiye, y trouvent l’occasion de se produire en direct devant un public et aux côtés d’artistes expérimentés comme Massamba. Cela leur permet d’améliorer leur savoir-faire[iv].  

Le Goethe-Institut est en train d’accomplir au Rwanda un travail important dont l’un des objectifs majeurs est la promotion de la musique Gakondo en collaboration avec le groupe Gakondo. Par exemple, le Goethe-Institut et le groupe Gakondo ont organisé au Goethe-Institut de Kigali, du 24 au 27 juillet 2013, un atelier de trois jours intitulé «Contempler la musique traditionnelle»[v].

Hobe Rwanda

Hobe Rwanda est un autre projet populaire de musique Gakondo. C’est une initiative créée en 2011 par la société  Mobile Applications Ventures (MAV) Ltd avec l'aide d'artistes et autres partenaires. L'événement jouit d'une importante et croissante participation, et peut être vu dans le monde entier via Internet. La première édition de Hobe Rwanda a eu lieu à l’Office rwandais des recettes. La seconde édition a eu lieu le 13 Septembre 2014, à l'Hôtel Serena de Kigali. Peintres, danseurs, chanteurs, et poètes présentent leurs œuvres à partir de 15 heures.

Des artistes tels que Mani Martin, Jules Sentore et d'autres membres du groupe Gakondo se sont produits devant des personnalités éminentes et des artistes internationaux. Grâce à ces concerts, les artistes doués qui savent chanter la musique Gakondo ont l’opportunité d’exposer leur talent[vi].

Conclusion

Avec la croissance récente de l'industrie musicale rwandaise, de nouvelles opportunités se présentent tous les jours à ceux qui aspirent à faire carrière dans la musique. Certains producteurs expérimentés et de renommée mondiale ont commencé à concentrer leurs efforts sur la promotion de la musique au Rwanda. On peut citer par exemple Washington, un producteur basé en Ouganda. Il a ouvert un studio au Rwanda et plusieurs chanteurs ont eu la chance d'utiliser ses productions dans leurs chansons. Allion a sorti jusqu'à présent deux chansons en collaboration avec Washington: «Impinduka» et «Umusumari». Les deux chansons ont eu un grand succès.

En outre, d'autres chanteurs rwandais ont collaboré avec des artistes ougandais par l’intermédiare de Washington, comme par exemple Urban Boys avec Jackie, et Dream Boys avec Kenzo. Il existe différents studios d'enregistrement au Rwanda qui proposent des tarifs abordables et qui ont du succès. Ces studios donnent la possibilité aux jeunes de se lancer dans l'industrie musicale. Parmi ces studios, on compte Narrow Road Productions, Touch Studios et Kina Music Recording Studios. En conclusion, l'avenir semble prometteur pour l'industrie musicale rwandaise, et les divers projets décrits ci-dessus donnent aux jeunes musiciens rwandais l’opportunité de se faire connaître.

Comments

comments powered by Disqus