Togo : la tendance « Cool Catché » à la conquête de l’Afrique de l’Ouest

Depuis quelques années, la tendance « Cool-Catché » est devenue incontournable dans le monde de l’industrie musicale au Togo. Ce rythme qui a fait son apparition en 2006 avec le groupe Toofan a changé la trajectoire de la musique Togolaise. Aujourd’hui, le « Cool-Catché »  est chanté et dansé par plusieurs artistes en Afrique comme en occident et commence à donner naissance à d’autres rythmes comme le « Gwetta Congolo » ou encore « Gwetta Agbadja ».

(Photo) : Capture d'écran vidéo du clip de Toofan « Soldats du Cool catché »
(Photo) : Capture d'écran vidéo du clip de Toofan « Soldats du Cool catché »

Tout a commencé à Gbadago, un quartier pauvre de la capitale Togolaise lorsque le groupe musical le plus adulé du Togo a lancé une nouvelle danse du nom de : « Cool-Catché ».

Des amis d'enfance, Fatowou Kossivi alias Master Just, « ambianceur » du groupe et Barabas de son vrai nom, Blaise Mensah dit « Le Magicien », toaster et rappeur du groupe, ont su marquer leur époque par leur innovation en matière de musique.

Étant trois au début de leur carrière, ils forment aujourd'hui un duo, le troisième, Allone ayant émigré en Europe où il continue sa carrière musicale en solo.

L’origine du « Cool-Catché »​

Ces deux jeunes hommes, progressivement, ont donné une nouvelle identité à la musique togolaise voire ouest-africaine avec leur concept : le « Cool-Catché » un mélange de mouvements du cou accompagnés de pas de danse cadencés.

Selon le groupe Toofan, cette tendance vient du quartier Gbadago où ils ont grandi : « A la base l’inspiration vient de la rue. Il y a certains jeunes au Togo qui ont souvent leur « maison » au dos. Il nous arrive de recevoir la visite de certaines jeunes avec un sac au dos. Et dans ce sac,vous pouvez trouver tout ce qu'il posséde, sa brosse à dent, sa serviette, ses habits, son pain etc. Et malgré ce souci, ce jeune vie heureux.

En effet, nous avons connu des jeunes comme ça, qui venaient passer du temps avec nous au studio avec un sac à dos. Un jour l’un d’entre eux a oublié son sac et on a essayé d’ouvrir et nous avons découvert que le mec vivait avec sa maison au dos. C’est de là que nous avons sorti la tendance « Cool-Catché » , a expliqué Barabas le rappeur du groupe.

A sa sortie, la danse « Cool-Catché » du groupe Toofan inspirée de la vie quotidienne des jeunes débrouillards de Lomé a très vite conquis le cœur des fans à travers les dizaines de singles mis sur le marché. Interrogé sur la signification de cette danse, le leader du groupe explique : « Cool-Catché », c’est quelqu’un qui malgré tous les problèmes de ce monde garde toujours le sourire. Le « Cool-Catché » veut dire tout simplement, c’est cool dans le quartier.

Le quartier, c’est notre corps que nous bougeons dans tous les sens pour montrer que malgré nos soucis nous devons garder le sourire et la joie de vivre », a expliqué Master Just.

Apres le succès de « Cool-Catché », le groupe ne s'est pas s’arrêter en si bon chemin. Et pour preuve, Toofan a sorti en 2014 une autre danse dénommée « Le Gwetta » avec ses dérivés qui cartonnent, depuis, sur le marché.

Pour Toofan, les tendances ont une durée de vie. Donc, ils comptent sortir avant fin 2016, un autre rythme pour le bonheur de leurs fans. « Aujourd’hui, le « Cool-Catché » se porte bien dans la sous-région Ouest Africaine et partout ailleurs.

Comme nous sommes dans une logique de création de concepts, en 2005 nous avions sorti « Ogbragada », qui était un mélange de rap et d’ambiance, après nous sommes passés au « Cool-Catché » pour arriver au « Gwetta ». Ce que nous ne disons pas souvent, c’est que nous avons fait des tendances comme le « Coinè Coinè » et d’autres que nous n’avons pas encore mis sur le marché musical. Apres la célébration de nos 10 ans de carrière, nous allons annoncer le nouveau rythme qui sortira en 2016 et que je qualifie de très, très fort », a renchéri Master Just.

Pour faire la promotion de ce rythme, les promoteurs culturels ont même organisé en 2013 un concours national du meilleur danseur du « Cool-Catché ».

Les artistes togolais ont sont fait sien ce rythme. Et  le « Cool-Catché » s’infiltre dans les maquis, les radios, dans les bars, dans les boites de nuit, sur les chaines télés et radios. Désormais, la tendance est à la « Cool-Catché »

C’est grâce au « Cool-Catché » que la musique togolaise a pu conquérir les pays de la sous-région. Pour moi, cette tendance est une fierté nationale. C’est notre drapeau musical comme le Coupé-Décalé en Côte d’Ivoire, le Tonhon au Benin ou encore le Skéléwé au Nigeria. J’ai épousé cette tendance malgré que je sois un artiste qui chante le gospel », a confié l’artiste togolais, Papson Moutité.

Un succès planétaire

En quelques années, la danse « Cool-Catché » s’exporte déjà dans toute la sous région Ouest Africaine avec de nombreux featuring. En effet, plusieurs artistes africains n’ont pas hésité à faire des collaborations avec ce groupe musical togolais. Parmi ces artistes on pourra citer Chidinma, Detox, Dj Arafat, Eddie Kenzo, Charlie Watta, Black Kent, Jessie Matador.

Cette euphorie de la tendance « Cool-Catché », a conquis presque toutes les capitales de l’Afrique de l’Ouest (Cotonou, Ouaga, Abidjan, Accra, Lagos…). Pour ce succès story, les Toofan ont reçu plusieurs distinctions au plan international.

Grâce à ce rythme, le groupe a été désigné en décembre 2010 « Meilleur artiste de l’Afrique de l’Ouest» au Kundé d’Or de Ouagadougou au Burkina. Quelques années plus tard, ils remporteront le trophée de « la Meilleure chanson de l’Afrique de l’Ouest » lors des « Online African music Awards » à New-York. La vague de reconnaissance internationale suivra en 2014 après leur nomination à la prestigieuse Kora Awards puis aux MTV Awards. Les deux artistes ont été désignés « Meilleur artiste francophone » en 2014 puis 2015.

Leur talent va frapper dans les yeux de l’organisation de la CAN 2015 puisqu’ils seront sollicités pour la composition et l’arrangement de « Hola Hola », l’hymne officiel de cette compétition sportive continentale.

« Quand on parle de football, on parle forcement d’ambiance. Pour nous, les moments de football, c’est des moments intenses de joie. L’Afrique se sent unie, l’Afrique parle le même langage et l’Afrique est ambiancée », a déclaré Master Just du groupe Toofan sur Africa 24.

Désormais, un autre défi de taille s’annonce. Comment concourir le cœur des mélomanes dans  les grandes capitales européennes ? Pour y parvenir, le groupe le plus adulé du Togo compte conquérir le cœur de ses fans au sein même de la diaspora africaine qui lui réserve très souvent un accueil très chaleureux lors de leurs différentes prestations hors des confins de l’Afrique.

Pour la Diaspora togolaise, l’apparition de ce rythme était comme un retour aux sources. Grâce à ce rythme, les Toofan ont exporté leur musique au-delà de l'Afrique de l'Ouest. De 2010 à 2015 ils ont donné des concerts dans plusieurs capitales africaines mais aussi en France, en Belgique, en Allemagne, au Mexique et aux États-Unis d'Amérique.

« Pour moi, la tendance « Cool-Catché » est une performance physique au service de l’euphorie mental. C’est un rythme incontournable dans l’industrie musicale au Togo et un peu partout en Afrique de l’ouest », a expliqué Eros Noare, directeur du Label Ghotta International production audio-visuel. L’Asie et les Amériques ne sont pas en reste.

Le « Cool-Catché » reste la danse qui aura marqué toute une génération, et de la façon la plus durable.


Comments

comments powered by Disqus